Vladimir Poutine constate une perte de confiance entre Washington et Moscou

Le président russe a remarqué une dégradation des relations entre Moscou et Washington, malgré l’élection de Donald Trump. Il a également fustigé le soutien sans réserve accordé aux Etats-Unis par les pays de l’OTAN après les frappes américaines.

L’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche n’a pas permis une amélioration des relations russo-américaines, a estimé le président de la Russie, Vladimir Poutine, au cours d’une interview accordée le 12 avril à la chaîne russe de radio-télévision Mir.

Alors que le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, doit rencontrer son homologue russe, Sergueï Lavrov, à Moscou, Vladimir Poutine n’a pas mâché ses mots en déclarant que le niveau de confiance entre Washington et Moscou s’était «dégradé».

Vladimir Poutine critique l’unanimité des alliés des Etats-Unis et parle de violation «évidente» du droit international

«Quelle a été la réaction des alliés de l’OTAN ? Tous ont opiné du chef, telles des figurines à tête branlante», a déclaré Vladimir Poutine, faisant référence pendant l’entretien à l’approbation de la plupart des chancelleries occidentales et de la Turquie après les frappes américaines du 7 avril contre la base aérienne d’Al-Chaayrate, en Syrie.

Rappelant que les tirs de missiles américains avaient été effectués contre un «Etat souverain sans mandat du Conseil de sécurité de l’ONU», le chef d’Etat russe a estimé que la violation du droit international était «évidente».

«Où sont les indices de l’utilisation d’armes chimiques par les troupes syriennes ?», s’est-il encore interrogé, avant de rappeler qu’il n’y avait «aucune preuve» permettant d’impliquer Damas dans l’incident du 4 avril qui a causé la mort de 87 personnes à Khan Cheikhoun.

Les Etats-Unis ont attaqué le 7 avril la base militaire syrienne d’Al-Chaayrate, située près de Homs. Washington a expliqué avoir procédé à ces frappes en représailles à l’attaque chimique présumée du 4 avril dans la province d’Idleb, dont la Maison Blanche tient le gouvernement syrien pour responsable, sans avoir fourni de preuves pour autant. La Russie a qualifié ces bombardements américains d’«acte d’agression usant d’un prétexte artificiel contre un pays souverain et membre de l’ONU».
Source : https://francais.rt.com/international/36800-vladimir-poutine-constate-perte-confiance-washington-moscou
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s