Espionnage : pour WikiLeaks, les accusations de Trump contre Obama ne sont pas absurdes

Donald Trump a laissé perplexe le FBI en déclarant que Barack Obama l’avait espionné avant sa victoire aux présidentielles. Dans ce contexte, le site de Julian Assange a tenu à rappeler le lourd passif de surveillance de l’ex-président américain.

Si le FBI estime sans fondement les accusations d’espionnage formulées par Donald Trump à l’encontre de son prédécesseur, WikiLeaks ne semble pas tout à fait du même avis. Dans un tweet du 6 mars, accompagné d’une photocopie d’un mandat de recherche et de saisie envoyé à l’un des journalistes du site fondé par Julian Assange, celui-ci a ainsi lancé : «Est-ce qu’Obama a espionné la campagne de Donald Trump ? Voici la preuve que l’administration Obama a espionné nos journalistes».

Le message renvoie vers un article de WikiLeaks de janvier 2015, dans lequel des journalistes du site affirment avoir été informés par les autorités américaines que Google avait remis à ces dernières tous leurs mails et métadonnées, sur la base d’accusations d’espionnage et de conspiration.

Dans la journée du 6 mars toujours, le compte Twitter du site pro-transparence s’est interrogé : «Est-ce que les médias et le renseignement ont induit Trump en erreur avec de fausses histoires d’espionnage ? Ou est-ce que les accusations en question sont exactes, et sa campagne a bien été espionnée ?». Le tweet est accompagné d’une interview vidéo sur Fox News du polémiste Mark Levin, dans laquelle celui-ci affirme que les preuves de l’espionnage de Donald Trump par Barack Obama, au cours de la campagne présidentielle, sont «écrasantes».

Enfin, WikiLeaks avait rappelé, le 5 mars, qu’Obama avait déjà par le passé espionné ses amis comme ses rivaux. En effet, le site de Julian Assange a exhumé des fuites de février 2016, attestant de la pose de micros d’enregistrement par la NSA (l’agence de renseignement américaine), lors de rencontres impliquant des dirigeants ou ex-dirigeants étrangers tels qu’Angela Merkel, Benyamin Netanyahou ou Silvio Berlusconi.

Des allégations réfutées par le FBI et le porte-parole d’Obama

Ce 4 mars, le président américain avait accusé sur Twitter le précédent locataire de la Maison Blanche de l’avoir espionné durant les derniers jours de la campagne présidentielle. «Dégueulasse ! Viens de découvrir qu’Obama m’a « mis sur écoute » dans la Trump Tower juste avant la victoire», avait-il notamment tweeté. Des allégations réfutées par le porte-parole de Barack Obama, Kevin Lewis, ainsi que par le directeur du FBI, James Comey.

Néanmoins, en janvier de cette année, le journal britannique The Guardian a diffusé une information non-confirmée selon laquelle le FBI, durant le mandat de Barack Obama, aurait obtenu un mandat pour placer sous surveillance quatre membres de l’équipe de Donald Trump, soupçonnés d’entretenir des liens avec des responsables russes.

Source : https://francais.rt.com/international/34892-espionnage-pour-wikileaks-accusations-trump-pas-absurdes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s