Avenir des rapports Russie-USA? Zakharova met les points sur les «i»

Il est temps de sortir de l’impasse où l’administration actuelle américaine a emmené les relations entre les deux pays, estime la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères dans un entretien à Sputnik. D’autant plus que les conditions sont réunies en ce moment pour que cela se fasse.

Après la victoire du milliardaire Donald Trump, tant Moscou que Washington évoquent la normalisation des relations bilatérales et la possibilité de rencontre des dirigeants des deux pays. Ce qui nécessite, certes, un grand travail préalable.

Peut-on espérer prochainement une rencontre de Sergueï Lavrov et de son homologue américain, par exemple, lors de la conférence de Munich sur la sécurité ? Selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, les rencontres entre des hauts responsables russes et américains seront fixées dès que le président élu prendra ses quartiers à la Maison Blanche.

« D’abord, le président élu doit être investi officiellement à la Maison Blanche, doit y emmener son équipe. Ensuite, je crois que le calendrier des réunions sera rédigé, y compris entre les chefs de la diplomatie russe et américain », a déclaré Mme Zakharova dans un entretien à Sputnik.

La Russie a travaillé de la même façon avec l’équipe précédente qui ne cachait en rien sa politique antirusse sur diverses questions, a-t-elle poursuivi.

Nous cherchions à trouver des points de dialogue, malgré tout nous étions prêts à une coopération globale. Certes, il y a des facteurs que nous ne pouvons pas ignorer. Mais notre position est la suivante : peu importe les divergences avec le partenaire, il faut travailler avec lui. Le blocus des relations complique encore plus les relations. Ainsi, nous avons dit et nous disons toujours : nous allons travailler avec n’importe quelle équipe. Nous comprenons bien qu’il faut sortir de l’impasse où les locataires sortants de la Maison Blanche ont emmené les relations russo-américaines et aujourd’hui il y a toutes les conditions nécessaires.

Pour le moment, la Russie et l’équipe de Donald Trump ne tiennent pas de pourparlers quant à l’avenir des rapports bilatéraux. « En tant que ministère des Affaires étrangères, nous ne pouvons travailler qu’avec une équipe représentant le pouvoir, voire officiellement reconnue. Du coup, nous attendons le moment où la nouvelle administration arrivera à la Maison Blanche et après cela, nous serons prêts à travailler avec elle », a déclaré la porte-parole.

Pourtant, il est possible d’avoir le sentiment que la Russie a renoncé aux négociations sur la Syrie avec les États-Unis sous l’administration sortante, laissant seulement place aux entretiens téléphoniques de MM. Lavrov et Kerry. Mme Zakharova fait la lumière sur la situation.

« Nous n’avons renoncé à rien, c’est une question pour les Américains », a-t-elle martelé. « Nous n’avons rien bloqué à aucune phase, mais nous avons toujours répété : il faut des contacts entre les militaires, entre les experts, entre les représentants des services correspondants sur les problèmes dans la région, sur la Syrie, sur le terrorisme international en général et sur les questions de la politique migratoire ».

Or, ces initiatives ont été bloquées par Washington.

Nous avons observé une situation étrange où une branche du pouvoir américain a tenté d’entreprendre des efforts pour relancer le dialogue et pour avancer quelques propositions dans le cadre du règlement syrien, mais l’autre partie du pouvoir bloquait tout sans cesse, a-t-elle fait remarquer.

Mme Zakharova invite ensuite à examiner de plus près un des récents entretiens de l’ex-ambassadeur américain à Moscou Michael McFaul.

« Regardons l’interview de M. McFaul parue récemment dans un média russe où il a prononcé une phrase étonnante, moi personnellement j’ai été frappée : il a dit que toutes les décisions ont été prises à la Maison Blanche et non au département d’État. Donc il y a une chose paradoxale. Au poste de président prétendait la secrétaire d’État qui, selon son ambassadeur, ne décidait de rien dans son département. Nous comprenons bien que tout le monde a ses approches pour prendre les décisions et que le leadership de tout pays approuve les directions clés de politique extérieure, mais, incontestablement, le département d’État s’occupe d’un grand nombre de questions sur lesquelles on prend des décisions ».

« Et ce qu’a dit M. McFaul est une bombe médiatique car il a dévoilé le mécanisme de stagnation de la politique extérieure américaine de ces huit dernières années. Le département, comme il l’a affirmé, avait les mains liées en prenant les décisions, et ce blocus a été imposé par la Maison Blanche — et c’est ce que nous avons observé dans la réalité », résume-t-elle.

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201612311029428695-zakharova-entretien-relations-usa-russie/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s