Manipuler les médias et poster des calomnies : la campagne électorale style Clinton

Les meilleurs amis de Clinton, les médias, lui achèteront-ils la victoire? La candidate démocrate à la présidentielle américaine semble être allée trop loin dans ses manœuvres avec les médias en les chargeant de l’idolâtrer et de noircir son rival Donald Trump. Or, WikiLeaks, vigilant, peut déjouer ses efforts.

Plus sale est le jeu, plus de chances il y a de décrocher la victoire — il semble que ce soit le credo de la campagne d’Hillary Clinton. De peur que les prochaines fuites de WikiLeaks ne fassent la lumière sur quelque nouveau péché, la représentante de l’équipe Clinton et responsable des communications Jennifer Palmieri a déclaré que les documents de WikiLeaks étaient des faux ceci, avant même qu’ils ne soient publiés. Il s’avère que la candidate s’est servie du Huffington Post afin que l’édition se fasse l’écho d’un de ses messages… Terreau fertile pour des révélations, la campagne de madame Clinton, non ?

Le Huffington Post se révèle donc être sous la coupe de l’équipe Clinton, vu qu’il a été utilisé pour promouvoir la candidature d’Hillary, sans parler des sanctions qui ont suivi les publications du journal qui évoquaient la santé de la candidate.

Mais ce n’est pas le seul cas de manipulation médiatique que révèlent les courriels piratés. Les emails du Comité national du Parti démocrate lève le voile sur la sinistre stratégie mise en place pour faire échouer son rival républicain. Parmi les prétextes pour déclencher cette « opération », il y a le fait que « Trump est trop amical avec Poutine », suggérant (bien sûr !) une relation plus profonde entre les deux.

Et l’équipe Clinton surfe avec succès depuis des mois sur ce péché du milliardaire, misant sur le refrain « Trump est tout simplement une marionnette de Poutine » comme argument central de sa campagne au lieu de promouvoir les avantages du vote pour Hillary elle-même.

Un autre email du comité dévoile une discussion de ses représentants au sujet de la publication — ou pas — d’une fausse offre de travail dans l’organisation de Trump sur Craiglist requérant essentiellement « l’apparence ravissante » des candidates. Or, comme le montre WikiLeaks, l’offre n’a pas été postée car les démocrates ont compris que « le risque de diffamation est trop élevé ». Ainsi, conscients du fait qu’il s’agit d’une parodie, ils ont finalement renoncé à l’idée de la poster par crainte d’être traduits en justice… Ils craignent donc quelque chose, ces démocrates !

Le comité n’a pas jusqu’ici commenté cette fuite.

Plus tôt, l’organisation WikiLeaks a publié 8 263 emails du Comité national du Parti démocrate américain. C’est la deuxième partie des courriels du Comité publiée par WikiLeaks. La publication de la première partie a eu lieu le 22 juillet. Par la suite, l’organisation a rendu public 19 252 emails et 8 034 applications de la gestion de ce comité.

De même, WikiLeaks publie quotidiennement plusieurs milliers de courriels du directeur de campagne d’Hillary Clinton John Podesta. Les informations dévoilées ont permis de se faire une idée sur la stratégie électorale d’Hillary Clinton lors des premières étapes de la campagne. Début octobre, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a promis de divulguer avant la fin de l’année en cours des « données considérables » sur les gouvernements de trois pays et sur la présidentielle US.

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201611071028576075-clinton-strategie-medias-diffamation/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s